Et si le bonheur s'apprenait ! 

Cela ne signifie pas qu'il ne faut pas accueillir la peine, la peur et parfois la colère. Il est important de reconnaître  les émotions loin de la joie. Mais nous pouvons apprendre à nos enfants à les laisser passer et se retrouver dans la joie.

Apprenons à nos enfants, comme nous leurs apprenons à compter, à conjuguer et à écrire, apprenons leurs à reconnaître la paix et la sérénité qui règnent naturellement chez l'enfant. (Avant que l'adulte n'inocule la gravité, le devoir, le labeur et les sourcils froncés). 

Apprendre, inventer, créée, agir, travailler peut sans nul doute se faire dans la joie, la sérénité et l’allégresse. 

Plus l'apprentissage est accompagné de charges émotionnelles positives et plus les apprentissages sont compris, acceptés, intégrés, stabilisés et transférables.

Etre dans la joie, ne signifie pas faire toujours ce que l'on veut, mais cela signifie que ce que je fais à ce moment, est léger comme une plume.  Que, naturellement, sans effort aucun, un sourire se dessine sur mon visage.

C'est reconnaître que toutes les personnes sur Terre sont importantes mais toutes ne m'apportent pas de la joie et de la gaieté.

Pourrait-on faire de la lecture et la compréhension de ses émotions  un véritable apprentissage dès le plus jeune âge?

Pourrait-on apprendre à nos enfants à être heureux... apprendre à nos enfants à reconnaître leurs émotions, à reconnaître la joie, la tristesse, la peur? Pourrait-on apprendre à reconnaître toutes les émotions qui nous alertent sur ce que nous vivons? Toutes ces émotions qui nous animent et qui nous informent.

Si on apprenait à lire en nous, comme on apprend à lire les "fables de La Fontaine", nous pourrions ainsi apprendre à retrouver les émotions qui font du bien, telle que la joie qui est certainement le chemin le plus court vers le bonheur.

Cela ne signifie pas qu'il ne faut pas accueillir la peine, la peur et parfois la colère. Il est important de reconnaître  les émotions loin de la joie, de les laisser passer et de retrouver la joie.

Mais cela doit ce faire le plus tôt possible. Bien sûr, tout est toujours possible et à chaque âge, mais modifier des comportements stéréotypés et ancrés, cela demande beaucoup d'effort, alors que pour les enfants, c'est naturel.

Et si nous apprenions à nos enfants, comme nous leurs enseignons la géographie, l'histoire, le chant, si nous leur enseignons à découvrir leur propre trajectoire. C'est tout à fait possible. Souvenez-vous, lorsque vous étiez enfant, vous aviez des rêves, des trajectoires de vie mais le regard des parents, l'air dubitatif des enseignants et la peur sociétale ont enfoui tout cela si loin, que chaque adolescent qui se respecte va répondre à la question : "que souhaites-tu faire?" : "heu, je sais pas". Ce qui est totalement faux.  Lorsque j'ai en cabinet des adolescents ou jeunes adultes, ils redécouvrent grâce à l'exercice des "portes" leur trajectoire, ils retrouvent leur chemin oublié...

Le bonheur peut s'apprendre comme chaque chose sur Terre, mais pour bien apprendre il faut souvent faire l'expérience. Et si ensemble, nous les adultes,  nous tentions de faire l'expérience du bonheur, nous pourrions l'incarner, et ainsi l'enseigner à nos enfants.

C'est bien plus facile que vous le pensez.

Ne laissons plus échapper nos rêves, car sinon, comment ferions-nous pour les réaliser?

                                                                                  Marie-Ange Zorroche

 

Etre heureux avec soi même, n'est pas suffisant pour notre bonheur, nous sommes tous liés, nous devons donc apprendre à communiquer dans l’acceptation de soi et des autres.

Retrouvez les outils qui enseignent la communication positive tels que les émoti-panneaux