𝗖𝗵𝗲𝗿𝘀 𝗣𝗮𝗿𝗲𝗻𝘁𝘀, 𝘀𝗼𝗹𝗱𝗲𝘇 𝗹𝗲𝘀 𝗰𝗼𝗺𝗽𝘁𝗲𝘀 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝘃𝗼𝘀 𝗽𝗿𝗼𝗽𝗿𝗲𝘀 parents

𝗲𝘁 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗲𝗿𝗲𝘇 𝗽𝗹𝘂𝘀 𝗹𝗲́𝗴𝗲𝗿𝘀 𝗳𝗮𝗰𝗲 𝗮̀ 𝘃𝗼𝘀 𝗲𝗻𝗳𝗮𝗻𝘁𝘀.




Même à 30, 40, 50 ans, bons nombres d’entre nous recherche encore (consciemment ou non), LE regard chez leurs parents. CE regard d’approbation, CE regard d’encouragement, CE regard félicitant. Malheureusement, ce regard n’arrive pas, et peut-être même n’arrivera-t-il jamais. Alors la colère gronde au fond du cœur et du ventre, et l’on s’obstine à demander encore et encore LE regard. On essaie de régler nos comptes avec nos propres parents pour qu’enfin, ils s’aperçoivent qu’ils ne nous ont peut-être pas assez aimés, enfin pas comme nous le souhaitions. Que faire ? Soit, on continue,

on s’obstine à quémander CE regard, soit on arrête de chercher de ce côté-là et on accepte une relation pas vraiment satisfaisante et on solde les comptes.

𝑱𝒆𝒂𝒏-𝑷𝒂𝒖𝒍 𝑺𝒂𝒓𝒕𝒓𝒆 𝒅𝒊𝒔𝒂𝒊𝒕 : « 𝑳’𝒊𝒎𝒑𝒐𝒓𝒕𝒂𝒏𝒕 𝒏’𝒆𝒔𝒕 𝒑𝒂𝒔 𝒄𝒆 𝒒𝒖’𝒐𝒏 𝒂 𝒇𝒂𝒊𝒕 𝒅𝒆 𝒎𝒐𝒊 𝒎𝒂𝒊𝒔 𝒄𝒆 𝒒𝒖𝒆 𝒋𝒆 𝒇𝒂𝒊𝒔 𝒎𝒐𝒊-𝒎𝒆̂𝒎𝒆 𝒅𝒆 𝒄𝒆 𝒒𝒖’𝒐𝒏 𝒂 𝒇𝒂𝒊𝒕 𝒅𝒆 𝒎𝒐𝒊 "

« 𝗦𝗼𝗹𝗱𝗲𝗿 𝗹𝗲𝘀 𝗰𝗼𝗺𝗽𝘁𝗲𝘀 » 𝗮 𝘂𝗻 𝗮𝘃𝗮𝗻𝘁𝗮𝗴𝗲 𝘁𝗿𝗲̀𝘀 𝘀𝘂𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗲𝘂𝗿, 𝗮̀ « 𝗿𝗲́𝗴𝗹𝗲𝗿 𝗹𝗲𝘀 𝗰𝗼𝗺𝗽𝘁𝗲𝘀 » car pour les régler, il faut être deux, si vos parents ne veulent rien entendre (ils ont 𝑙𝑒𝑢𝑟𝑠 raisons), vous n’y arriverez pas, vous serez frustré et en colère. Pour solder les comptes, vous n’avez besoin de personne. Vous décidez, un jour, que vous n’avez plus besoin ni DU regard, ni du mot « désolé » que vous n’obtiendrez peut-être jamais. Le plus important ne se situe pas dans le passé, mais dans l’avenir. Si vous acceptez que vos parents ne soient pas parfaits, voire très imparfaits, la vie sera plus douce, et ainsi vous « lâcherez cette quête ». Vous assumerez vos choix sans avoir peur du regard des autres, 𝗰𝗮𝗿 𝗱𝗮𝗻𝘀 𝗰𝗵𝗮𝗾𝘂𝗲 𝗿𝗲𝗴𝗮𝗿𝗱 𝗾𝘂𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗶𝗺𝗽𝗿𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻𝗻𝗲, 𝗶𝗹 𝘆 𝗮 𝘂𝗻 𝗽𝗲𝘂 𝗱𝘂 𝗿𝗲𝗴𝗮𝗿𝗱 𝗱𝗲 𝘃𝗼𝘀 𝗽𝗮𝗿𝗲𝗻𝘁𝘀.




Il est temps, maintenant que vous êtes parent, de renoncer, de lâcher prise et de solder les comptes. Vous n’avez plus besoin d’être en colère contre eux. N’attendez rien d’autre que ce qu’ils sont capables de donner, aussi peu peuvent-ils ! La vie est faite de bien des frustrations, charge à nous, devenu adulte, de les reléguer au second plan ou même, de nous en délester totalement.

𝗠𝗮𝗶𝗻𝘁𝗲𝗻𝗮𝗻𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝗰𝗲 𝗳𝗮𝗿𝗱𝗲𝗮𝘂 𝗮̀ 𝗱𝗶𝘀𝗽𝗮𝗿𝘂, 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗿𝗲𝗴𝗮𝗿𝗱 𝘀𝘂𝗿 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗲𝗻𝗳𝗮𝗻𝘁 𝘀𝗲𝗿𝗮 𝗽𝗹𝘂𝘀 𝗱𝗼𝘂𝘅 𝗲𝘁 𝗺𝗼𝗶𝗻𝘀 𝗹𝗼𝘂𝗿𝗱, 𝗲𝘁 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗿𝗲𝗹𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝘀𝗲𝗿𝗮 𝗽𝗹𝘂𝘀 𝘀𝗲𝗿𝗲𝗶𝗻𝗲.

𝘌𝘹𝘵𝘳𝘢𝘪𝘵 𝘥𝘶 𝘭𝘪𝘷𝘳𝘦 « 𝘵𝘳𝘶𝘤𝘴 𝘦𝘵 𝘢𝘴𝘵𝘶𝘤𝘦𝘴 𝘱𝘰𝘶𝘳 𝘲𝘶𝘦 𝘷𝘰𝘵𝘳𝘦 𝘦𝘯𝘧𝘢𝘯𝘵 𝘤𝘰𝘰𝘱𝘦̀𝘳𝘦 » 𝘈𝘶𝘵𝘦𝘶𝘳𝘦 : 𝘔𝘢𝘳𝘪𝘦-𝘈𝘯𝘨𝘦 𝘡𝘰𝘳𝘳𝘰𝘤𝘩𝘦́

5 vues0 commentaire